Prenons soin de notre pays d’abondance!

La mission du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC) est de faciliter l'engagement citoyen pour assurer la viabilité des communautés du bassin versant de Cocagne.

img aeccc 1


Initié par le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne, le projet « Aménagement écologique au Centre communautaire de Cocagne » vise à restaurer les milieux naturels du centre communautaire de Cocagne et à sensibiliser la communauté de Cocagne à l’importance des aménagements écologiques et de la réhabilitation écologique pour assurer la santé des écosystèmes humides et aquatiques.

Situé sur la rive nord de la rivière Cocagne et donnant sur le havre de Cocagne, le Centre communautaire est d’une importance capitale pour les habitants de Cocagne. En effet, il regroupe plusieurs bâtiments récréatifs qui en font un lieu de rassemblement pour les résidents de Cocagne. On y retrouve en l’occurrence un aréna, un salon de quilles, un restaurant, un club nautique, un champ de baseball et la marina de Cocagne. Lors d’un sondage effectué, par le GDDPC auprès de la population locale, le Centre communautaire de Cocagne a effectivement été désigné par les répondants comme étant un lieu d’importance pour les citoyens.

Une partie du centre communautaire, incluant la marina de Cocagne, est installée sur le marais qui a été rempli pour l’accueillir. Ceci a induit une perte de superficie du marais entre 1974 et 2012 (voir figure ci-dessous). Le site est vulnérable aux inondations, mettant à risque les installations du centre.

img aeccc milieu humide

L’importance des milieux humides et leur conservation

Les milieux humides sont des zones naturelles inondées de façon permanente ou temporaire. On retrouve plusieurs types de milieux humides : les marais, les marécages, les tourbières et les eaux peu profondes. Les milieux humides sont parmi les écosystèmes les plus riches et les plus productifs au monde. Ils offrent un éventail de services écologiques, quoiqu’ils aient subis de fortes pressions anthropiques. Ce n’est que récemment que les humains se sont rendu compte de l’importance de conserver ces systèmes naturels.

Nombreux sont les services offerts par les milieux humides :
1. Ils constituent d’importants habitats naturels pour un grand nombre d’espèces de plantes, d’oiseaux, de poissons, de reptiles, d’invertébrés et de mammifères. Ils leur fournissent nourriture, refuges et aires de repos et de reproduction.
2. Ils améliorent la qualité de l’eau en filtrant l’eau de ruissellement des sédiments, des nutriments et des produits chimiques qu’elle contient, avant qu’elle se déverse dans les cours d’eau.
3. Les milieux humides réduisent les impacts d’inondations, en agissant comme des bassins de rétention et en réduisant la quantité d’eau qui atteint les terres.
4. Les milieux humides jouent un rôle de contrôle sur l’érosion. La végétation de ces milieux naturels fixe les sols et les stabilise. Aussi, en retenant les sédiments, les milieux humides réduisent l’effet de charriage des matériaux sur l’érosion.
5. Ils jouent un rôle de recharge et de décharge des eaux souterraines et constituent donc une composante essentielle du cycle de l’eau.

marais cocagne2

Étant un lieu de regroupement pour la communauté, la santé des écosystèmes qui se trouvent sur le site du Centre communautaire et des alentours contribue grandement au bien-être des habitants de Cocagne. Ce lieu constitue donc un endroit idéal pour un projet d’aménagement écologique visant à démontrer à un grand nombre de citoyens l’importance de l’aménagement écologique et de la restauration naturelle en zones riveraines. Le projet « Aménagement écologique au Centre communautaire de Cocagne » se veut donc démonstratif et informatif sur l’importance de l’aménagement écologique pour les habitats naturels. Il traite principalement de la santé de la faune et de la flore sur le site du centre communautaire, tout en se focalisant sur la restauration des zones riveraines par la réintroduction de plantes indigènes propices aux endroits humides. L’aménagement de zones riveraines aide à améliorer les habitats pour la faune aquatique en réduisant le taux de nutriments et de sédimentation se rendant à l’eau, et en diminuant l’instance d’eutrophisation.

Une vidéo sur l’importance des marais et la conservation de ceux-ci au site du Parc communautaire de Cocagne est disponible sur la page Youtube du GDDPC.

Action d’aménagement écologique

Le Centre communautaire de Cocagne est un site important de rassemblement pour les habitants de Cocagne. La santé des endroits naturels contribue au bien-être des gens et de la faune qui fréquentent le site. Il constitue un endroit idéal pour démontrer un projet de développement durable qui atteint un équilibre entre l’utilisation récréative et la nature en santé. Lors du projet « Aménagement écologique au Centre communautaire de Cocagne », le GDDPC a entrepris des actions de restauration d’habitats naturels sur 3 endroits distincts.

Affiche Site amenagement
Brise-lame naturel
En plantant des arbustes (ex. houx, piment royal) et herbes (ex. spartine) qui sont tolérants aux conditions côtières, vent et sel, nos actions de restauration vont aider à ralentir l’érosion des sols. En gardant une bordure de plantes sauvages et en limitant l’accès à la plage, nous aidons à préserver les habitats naturels le long de la berge de la rivière. Un pluvier siffleur a choisi de nicher dans les grandes herbes sur la dune près de la plage qui a été formée par l’ajout du brise-lame.

Plage 1                              Brise lame platebande planté

Terrain reboisé

Avec l’aide de citoyens engagés, nous avons planté des arbres (ex. cèdre, érable) qui profitent des endroits humides afin de retrouver une grande diversité d’arbres indigènes pour offrir de l’abri aux oiseaux et aux insectes. Lors d’une corvée communautaire, nous avons créé une aire de repos près de l’aréna de Cocagne. Vingt bénévoles, y compris le maire et deux conseillers de la Communauté rurale de Cocagne, ont aidé à planter des arbres (ex. frêne, chêne.) et des arbustes indigènes (ex. canneberges, amélanchier).

Boisé automne 1        Zone de repos

Fossé naturalisé
Nous allons conserver une bordure de végétation naturelle en arrêtant de tondre le gazon sur 10 mètres de chaque côté du canal, ce qui aidera à contrôler la sédimentation et créer des habitats pour les papillons et autres insectes pollinisateurs. En partenariat avec l’APRSE, nous avons créé un ilot d’arbustes indigènes (ex. hart-rouge, roses) qui rehausse la diversité de la flore et attira de la faune sur le site. Grâce au dévouement du bénévole par excellence Louis-Émile Cormier, deux espèces rares de fleurs sauvages NB (Spiranthe penchée et Gérardie à petite feuille; comm. David Mazerolle) poussent dans les endroits conservés.

Plate bande en travaillCanal automne1




Nos partenaires

Suivez-nous