Prenons soin de notre pays d’abondance!

La mission du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC) est de faciliter l'engagement citoyen pour assurer la viabilité des communautés du bassin versant de Cocagne.
La plupart de ces définitions proviennent des Rapports produits par le GIEC (2001, 2007, 2014) ou Ouranos (2010, 2015).

Adaptation aux changements climatiques : Démarche d’ajustement au climat actuel ou attendu, ainsi qu’à ses conséquences. Pour les systèmes humains, les collectivités, il s’agit d’atténuer les effets préjudiciables et d’exploiter les effets bénéfiques. Pour les systèmes naturels (écosystèmes) l’intervention humaine peut faciliter l’adaptation au climat attendu ainsi qu’à ses conséquences. Dans les milieux naturels, les populations végétales et animales s’adapteront également, mais de façon réactive, et subiront davantage d’impacts négatifs à court terme des changements climatiques.

Aléas climatiques : Synonyme de facteurs de vulnérabilité, elle fait souvent référence à la source potentielle de danger ou de risque et peut être comprise par sa nature, sa fréquence et son intensité (Veyret, 2007; Veyret et al., 2017).

Changement climatique : Le changement climatique sous-tend deux principales notions : D’un côté, l’augmentation de la température moyenne globale qui persiste sur une période prolongée, voire d’une décennie ou plus. D’un autre côté, le changement climatique comprend l’augmentation de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, comme les sécheresses, les fortes précipitations, les vagues de chaleur, les ouragans, etc..

Impact des changements climatiques : Effet des changements climatiques sur les systèmes naturels et humains.

Les pires scénarios d’inondations : inondations qui sont causées par des ondes de tempête qui se produisent à marée haute (Daigle, 2012).

  • La marée haute : signifie le point à partir duquel les niveaux d’eau sont au plus haut. Comme certaines régions du Nouveau-Brunswick sont reconnues pour avoir les plus hautes marées du monde, il est important de tenir compte des marées pour déterminer jusqu’où les niveaux de crue peuvent monter (Daigle, 2012).
  • Onde de tempête : est une élévation du niveau de la marée par rapport à ce qui était prévu, qui est généralement causé par un système dépressionnaire intense. Au Canada atlantique, les ondes de tempête les plus enlevées sont souvent causées par des tempêtes de fin d’automne et des tempêtes d’hiver, et parfois par des ouragans qui frappent l’Est des États-Unis. Lorsqu’une onde de tempête survient à marée haute, il en résulte le « pire scénario d’inondation ». Le vent et les vagues peuvent aussi contribuer à augmenter les niveaux d’inondation (Daigle, 2012).

Résilience : Capacité des systèmes sociaux, économiques ou écologiques à faire face aux évènements dangereux, tendances ou perturbations, à y réagir et à se réorganiser de façon à conserver leurs fonctions essentielles, leur identité et leur structure, tout en maintenant leur faculté d’adaptation, d’apprentissage et de transformation.

Risque climatique : La combinaison de la probabilité d’occurrence d’un évènement climatique et de ses conséquences pouvant en résulter sur les éléments vulnérables d’un milieu donné.

Vulnérabilité : Condition résultant de facteurs physiques, sociaux, économiques ou environnementaux, qui prédispose les éléments exposés à la manifestation d’un aléa à subir des préjudices ou des dommages. La vulnérabilité climatique est le résultat de l’interaction de 3 paramètres :

  1. L’exposition aux aléas, soit les événements climatiques : le type, l’ampleur et le rythme des variations du climat et des événements climatiques auxquels les communautés et les écosystèmes sont exposés ;
  2. La sensibilité : la proportion dans laquelle un élément exposé, une collectivité ou une organisation est susceptible d’être affecté (positivement ou négativement) par la manifestation d’un aléa ;
  3. La capacité d’adaptation : la capacité des communautés et des écosystèmes à s’ajuster pour faire face aux changements climatiques afin de minimiser les effets négatifs et de tirer profit des avantages.


FFE

Activités à venir

28 août 2020 - Atelier côtes vivantes avec Rosemarie Lohnes

Un atelier de format théorique et pratique sur une approche naturelle permettant de faire face à l’érosion côtière sera présenté à Shediac par Rosmarie Lohnes de Helping Nature Heal inc.

Cette approche appelée « Côtes vivantes » se fait manuellement avec le moins d'intervention mécanique possible. Elle permet d’améliorer la santé de l'écosystème côtier tout en protégeant votre propriété.

Venez en apprendre davantage sur la théorie et la pratique de cette méthode écologique éprouvée, qui représente une alternative écologique à des structures fixes ou à l’enrochement.

Vendredi 28 août
Partie théorique : 9h à 12h - Centre multifonctionnel de Shediac, 58 rue Festival.
Pause dîner : 12h à 13h30 – Veuillez apporter votre lunch
Partie pratique : 13h30 à 17h – Le lieu sera annoncé le matin de l’atelier.

L'atelier sera organisé conformément aux mesures de prévention du Covid-19. Veuillez apporter votre masque. L'évènement Facebook ici.

Pour plus de renseignements :

Rémi Donelle, Association du bassin versant de la baie de Shédiac
Téléphone : (506) 506-533-8880   Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ou

Julie Cormier, Directrice générale, Vision H2O
Téléphone : (506) 577-2071   Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos partenaires

Suivez-nous