Prenons soin de notre pays d’abondance!

La mission du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC) est de faciliter l'engagement citoyen pour assurer la viabilité des communautés du bassin versant de Cocagne.
Les participants aux rencontres consultatives ont répertorié plusieurs lieux susceptibles d’être affectés par les changements climatiques. Par ailleurs, ils ont priorisé les mesures d’adaptation possible selon les endroits et les personnes les plus vulnérables face aux aléas climatiques.

Zones vulnérables Cocagne petit   Zones vulnérables Grande Digue
Il existe une panoplie de stratégies et de mesures d’adaptation qui peuvent être appliquées pour faire face aux aléas climatiques. Les stratégies proposées lors des rencontres offrent des pistes de solution afin de répondre aux problématiques liées aux divers endroits vulnérables. Les mesures d’adaptation sont présentées dans trois grands axes, soit l’environnement bâti et les infrastructures, les milieux naturels et les services à la population.


Mesures pour adapter l’environnement bâti et l’infrastructure

Plusieurs infrastructures d’importance communautaire qui ont été identifiées lors des consultations sont situées dans une zone vulnérable. Des mesures préventives peuvent servir à certains commerces, aux nombreuses infrastructures routières et aux quais, ainsi qu’aux systèmes de traitement des eaux usées.

Quelques commerçants, comme ceux situés aux « quatre coins » de Cocagne, voudront étudier la possibilité de modifier leurs bâtiments ou de se déplacer afin de s’éloigner des inondations.

Quatre coins Cocagne

Les infrastructures routières, y compris les ponts et les ponceaux, pourraient être modifiées, par exemple à certains endroits le long du littoral sur les routes 530 et 535 pour mieux absorber les ondes de tempête.

DCIM\100MEDIA\DJI_0020.JPG    Grande Digue école et notre centre

Une stratégie à court terme est de communiquer avec le ministère du transport provincial afin de connaître les plans pour les modifications des ponts, ponceaux et routes dans les années à venir.

Les quais sont sujets à modifications, telles que l’élévation des structures et des installations pour s’adapter à la hausse du niveau de la mer.

Quai Cormierville    Quai Grande Digue

L’infrastructure qui gère le traitement des eaux usées est susceptible aux inondations. Le système d’évacuation des eaux usées utilisé au centre communautaire (Centre 50 à Cocagne) par exemple, pourrait être amélioré pour maintenir sa fonctionnalité lors d’épisodes de grandes précipitations.

DCIM\100MEDIA\DJI_0013.JPG

Le secteur de l’île Surette et de Florina Beach à Cocagne requiert une amélioration du système de gestion des eaux usées pour maintenir la qualité de l’eau dans la baie de Cocagne. Une étude de faisabilité pour un système en commun dans ces localités a déjà été effectuée.

DCIM\100MEDIA\DJI_0027.JPG

les solutions alternatives aux champs d’épuration pourraient être considérées, telles que le système en commun mis en œuvre sur l’Île-du-Prince-Édouard.

Pour les résidents, plusieurs mesures peuvent être prises pour se préparer aux aléas climatiques. Le site Web du gouvernement du N.-B. offre plusieurs mesures préventives contre les inondations

Les citoyens sont encouragés à effectuer annuellement une analyse de l’eau de leur puits afin de s’assurer de la qualité de l’eau potable, surtout pour les résidences en zones inondables.


Mesures pour protéger les écosystèmes, la biodiversité et les milieux naturels

Selon le Plan d’action sur les changements climatiques du Nouveau-Brunswick, conserver les milieux naturels, tels les terres humides, les marais salés ou les plaines inondables, constitue une stratégie importante afin de s’adapter aux changements climatiques en permettent une protection contre les inondations. De plus, la conservation et la restauration des forêts, des zones riveraines et des étangs d’eaux pluviales assurent le maintien d’une bonne qualité de l’eau par la filtration de sédiments.

DCIM\100MEDIA\DJI_0051.JPG

Les endroits naturels offrent des services écosystémiques qui soutiennent l’adaptation aux changements climatiques. Une vidéo produite par le GPDDC illustre le rôle des infrastructures naturelles au Parc communautaire de Cocagne.



Plusieurs mesures peuvent être adoptées par les municipalités afin de minimiser les impacts sur les milieux naturels. Par exemple, un plan rural permet de désigner des zones environnementales afin de protéger les milieux humides et de respecter les zones riveraines naturelles le long des cours d’eau.

Zone tampon

Un plan rural permet aussi de fournir des outils concrets pour permettre aux communautés de s’adapter à la hausse du niveau de la mer, notamment en établissant des marges de recul et des niveaux d’élévation minimums pour les bâtiments le long de la côte.

De nombreux programmes pour conserver des endroits naturels sont à la disposition des citoyens. Il existe aussi plusieurs outils pour guider les résidents dans l’aménagement des zones côtières et riveraines.


Maintenir les services à la population par les mesures d’urgence

Il existe aussi des mesures pour minimiser les impacts sur les services à la population lors de sinistres.

Pour répondre aux préoccupations des citoyens et combler les besoins essentiels des personnes âgées, vivant seules ou isolées, il serait important d’effectuer un inventaire des personnes vulnérables. Effectué en collaboration avec le Comité de planification des mesures d’urgence de Cocagne, l’inventaire permettrait aux premiers répondants de faire une vérification prioritaire des résidents sinistrés.

Un registre de personnes vulnérables (lien en anglais seulement) permet aux premiers intervenants de faire une vérification des personnes en besoin lors de situations d’urgence. 

Il faut continuer de fournir des endroits de réchauffement/refroidissement, comme le Notre-Centre à Grande-Digue, pour les gens vulnérables en cas de prolongement de panne d’électricité ou d’autre incident climatique. Il est ainsi suggéré de mettre en place un dépôt alimentaire pour approvisionner les personnes sinistrées à long terme.

Notre Centre Grande Digue

Les familles et individus sont encouragés à se doter d’une trousse d’urgence afin d’être autonomes pour une période de 72 heures, comme le recommande l’Organisation des mesures d’urgence du N.-B..
FFE

Activités à venir

28 août 2020 - Atelier côtes vivantes avec Rosemarie Lohnes

Un atelier de format théorique et pratique sur une approche naturelle permettant de faire face à l’érosion côtière sera présenté à Shediac par Rosmarie Lohnes de Helping Nature Heal inc.

Cette approche appelée « Côtes vivantes » se fait manuellement avec le moins d'intervention mécanique possible. Elle permet d’améliorer la santé de l'écosystème côtier tout en protégeant votre propriété.

Venez en apprendre davantage sur la théorie et la pratique de cette méthode écologique éprouvée, qui représente une alternative écologique à des structures fixes ou à l’enrochement.

Vendredi 28 août
Partie théorique : 9h à 12h - Centre multifonctionnel de Shediac, 58 rue Festival.
Pause dîner : 12h à 13h30 – Veuillez apporter votre lunch
Partie pratique : 13h30 à 17h – Le lieu sera annoncé le matin de l’atelier.

L'atelier sera organisé conformément aux mesures de prévention du Covid-19. Veuillez apporter votre masque. L'évènement Facebook ici.

Pour plus de renseignements :

Rémi Donelle, Association du bassin versant de la baie de Shédiac
Téléphone : (506) 506-533-8880   Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ou

Julie Cormier, Directrice générale, Vision H2O
Téléphone : (506) 577-2071   Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos partenaires

Suivez-nous