Prenons soin de notre pays d’abondance!

La mission du Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC) est de faciliter l'engagement citoyen pour assurer la viabilité des communautés du bassin versant de Cocagne.
Cotes vivantes annonce 2021

28 juillet 2021
Cocagne / Caraquet -

Partenariat continu entre des organismes de la côte est du Nouveau-Brunswick pour offrir des ateliers pratiques intitulés : Les Côtes vivantes, une méthode naturelle pour gérer l’érosion côtière.

living shoreline3

La Commission des services régionaux Péninsule acadienne, le Groupe de développement durable du Pays de Cocagne (GDDPC), l’Association du bassin versant de la baie de Shédiac et Vision H2O de Cap-Pelé et Beaubassin-Est ont formé encore cette année un partenariat pour l’organisation de deux ateliers pratiques :

Caraquet - mardi 24 août, 8h30 à 15h00, Hotel Super 8, 9 avenue du Carrefour , Caraquet, NB
Cocagne – jeudi 26 août, 8h30 à 15h00, Marina de Cocagne, 130 rue Marina, Cocagne, NB

Cout : 20$

Pour vous inscrire et pour plus de détails, visitez le site web du Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick (RENB) :

Caraquet 24 aout

Cocagne 26 aout

NB. Maximum de 50 participants par atelier

Les ateliers pratiques seront présentés par Rosmarie Lohnes de Helping Nature Heal. Cette entrepreneure néo-écossaise utilise des matériaux de la nature, des principes scientifiques avancés et de l’expertise en restauration des écosystèmes pour rétablir la végétation et stabiliser les côtes. « L’approche  Côtes vivantes  se fait manuellement avec le moins d'intervention mécanique possible et permet de protéger les terrains côtiers et riverains contre l’érosion accentuée par les changements climatiques », confirme Rosmarie Lohnes.

En partageant ce savoir-faire dans la province du Nouveau-Brunswick, les propriétaires côtiers, les entrepreneurs et les organismes travaillant dans le secteur de l'environnement pourront appliquer cette expertise dans leurs activités. « L’objectif de l’approche Côtes vivantes est de modifier l’utilisation de murs de protection, d’enrochements et d‘autres structures fixes pour protéger nos bandes riveraines et nos zones côtières contre l’érosion», affirme Benjamin Kocyla de la Commission des services régionaux Péninsule acadienne.

L'atelier pratique, l'un à Caraquet et l’autre à Cocagne, s’inspire des ateliers effectués en 2020 à Pokemouche et Shediac. L’atelier débutera par une discussion sur les méthodes liées à l’approche Côtes vivantes. L'atelier se poursuivra par une mise en pratique concrète par les participants des techniques de stabilisation naturelle des berges. Les participants apprendront par ailleurs les types de plantes et les méthodes de plantation propices aux sites côtiers.

« En proposant une solution qui utilise et imite la nature, nous encourageons la conservation d’un environnement naturel, le maintien de l’écosystème local et de sa biodiversité », précise Rosmarie Lohnes. « Avec cette approche, nous maintenons les paysages littoraux et riverains du Nouveau-Brunswick qui constituent une richesse écologique et économique irremplaçable pour la Province », ajoute Serge LaRochelle, coordonnateur de programme au Groupe de développement durable du Pays de Cocagne.

Cette initiative est rendue possible grâce au Fonds en fiducie pour l’environnement du Nouveau-Brunswick, le Fonds en fiducie pour la faune du Nouveau-Brunswick, Nature NB, le Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick, et la Communauté rurale de Cocagne.


Nos partenaires

Suivez-nous